octobre 20, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Comment la Grande-Bretagne dépend de l’énergie

Parallèlement, le vaste réseau nucléaire de la France, qui produit 70% de l’électricité du pays, a aidé la France à exporter de l’électricité vers la Grande-Bretagne ces dernières années, devenant l’exportateur net vers le Royaume-Uni en 2016, alors que la production était faible pendant quelques mois.

Alors qu’il se dirige vers l’électricité renouvelable, le Royaume-Uni est sur le point de s’appuyer sur le pouvoir commercial de la France et d’autres pays européens, contribuant à adoucir l’approvisionnement en électricité entre les autres marchés – à la fois élevés et faibles.

D’ici 2024, le réseau national affirme que la Grande-Bretagne devrait disposer de suffisamment de connexions pour importer près d’un quart de son électricité.

Cette augmentation intervient alors que les questions sur le Brexit, le virus corona et l’autosuffisance nationale sont mises en avant dans le contexte national. Manque de micropuces. Télégraphe Comment cela a été révélé cette semaine Les ministres étudient des plans pour stocker les métaux nécessaires aux voitures électriques Au milieu des inquiétudes concernant la Chine coupant ses approvisionnements.

Le Royaume-Uni est un importateur net d’énergie depuis 2004, grâce à l’approvisionnement croissant en pétrole et en gaz de la mer du Nord en tant qu’exportateur pendant la majeure partie des années 80 et 90. Selon les chiffres officiels, en 2019, les importations en provenance de Russie, de Norvège, du Qatar et d’ailleurs – principalement du pétrole et du gaz – représentaient 35% de l’énergie du Royaume-Uni.

Comme le Premier ministre tient à le faire, le fond de la mer du Nord est susceptible de s’effondrer et la confiance dans les importations devrait se renforcer à mesure que le Royaume-Uni augmentera sa capacité d’énergie éolienne.

READ  La « Good France Week » présente la cuisine française, le vin et plus encore dans la région des trois États

Malgré l’affichage non coordonné sur le maillot, beaucoup pensent que ce n’est pas un négatif. «L’idée selon laquelle on est isolé, en particulier de l’Europe, est techniquement et spirituellement imparfaite», déclare le Dr Paul Torfman de l’UCL Energy Institute.

“Nous continuerons à être dépendants sur les plans politique, culturel, technologique et énergétique – c’est une bonne chose.”