juillet 23, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Génocide au Rwanda: Macron accepte la «grande» responsabilité de la France

“La France ne comprend pas vraiment qu’elle est du côté d’un régime génocidaire pour tenter de prévenir un conflit régional ou une guerre civile”, a déclaré Macron jeudi à la suite d’une visite au mémorial de Kizoshi dans la capitale rwandaise, Kigali.

“Ce faisant, il a reconnu une grande responsabilité”, a ajouté Macron, ajoutant qu’il avait publiquement reconnu la responsabilité d’un dirigeant français à ce jour.

«Sur ce chemin, seuls ceux qui ont traversé la nuit peuvent nous pardonner et nous donner le don du pardon», a conclu Macron.

Le président rwandais Kagame a salué le discours du président français Macron, affirmant qu’il s’agissait d’une “étape importante” dans les relations entre les deux pays.

“La France et le Rwanda vont très bien travailler ensemble pour le bien de nous deux”, a déclaré Kagame. “Les relations entre les deux pays ne seront jamais tout à fait normales.

Les mots de Macron sont “plus précieux qu’une excuse: ils sont vrais”, a ajouté Kagame.

“Politiquement et moralement, c’est un acte extrêmement courageux”, a déclaré Kagame.

Lorsque le président français a déclaré que son pays n’était “pas complice” du génocide parce que les tueurs n’étaient pas français, il a juré qu ‘”aucun criminel génocidaire ne peut échapper à la justice” car “même la reconnaissance de notre passé – surtout – continue le travail de la justice. “

Des militants ont demandé que les auteurs soient poursuivis, dont certains vivent en France depuis des années.

La visite de Macron à Kigali marque une étape finale dans la normalisation des relations entre la France et le Rwanda, qui, selon l’Elysée, ont longtemps été obscurcies par l’implication de la France dans le génocide.

READ  Combinaison riche et populaire de vignobles roses en France

En 1994, environ 800 000 Tutsis, principalement des Tutsis, ont été tués par des militants hutus soutenus par le gouvernement rwandais. La France est accusée de ne pas avoir empêché le génocide et de soutenir le régime hutu depuis le début du massacre.