octobre 20, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Govit-19 fait face à une pénurie de Québécois pour recruter des infirmières en France, au Brésil, au Liban

Après l’épidémie de Montréal, le Québec a une nouvelle solution en tête pour combler sa pénurie d’infirmières dont on parle tant : foncer à travers le monde.

Le recrutement devrait avoir lieu en France, en Belgique, au Liban, au Brésil et en Afrique du Nord, a déclaré mardi un porte-parole provincial.

La porte-parole Marjorie Loroch a déclaré que l’initiative devrait pourvoir plus de 4 000 postes vacants déjà identifiés par diverses régions.

Chaque année, les districts de santé du Québec, ou CIUSSS, envoient des listes d’emplois à un organisme centralisé de recrutement international appelé CSQ.

Pour l’année salariale 2021-2022, l’entreprise “a reçu plus de 4 000 commandes de 28 organismes de santé et de services sociaux”, a écrit Lauroch.

Elles ne concernent pas toutes les infirmières, mais la plupart des demandes concernent les infirmières, les travailleurs sociaux, les orthophonistes et les physiciens médicaux, a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a déclaré le mois dernier qu’il y avait déjà environ 4 000 infirmières dans la province. C’est vrai avant même l’entrée en vigueur de l’ordre de vaccination ce vendredi, qui devrait réduire des milliers d’employés car les infirmières non vaccinées sont suspendues.

La province se rend à l’étranger pour aider à trouver les travailleurs demandés. Cependant, Lauroch a déclaré qu’il est important de se rappeler qu’il existe un écart énorme entre la quantité nécessaire des campagnes de recrutement mondiales et la façon dont elle peut être remplie, en particulier lorsque la vitesse est nécessaire.

La reconnaissance des diplômes internationaux, notamment dans le domaine médical, est souvent un long processus honteux.

READ  Le marché immobilier français à l'étranger est en croissance - main ...

“Il est important de noter qu’il s’agit d’une option pour les entreprises, mais l’évaluation des besoins et des possibilités est toujours en cours”, a écrit Lauroch dans un communiqué.

“Cela doit prendre en compte le potentiel des candidats à l’étranger, mais aussi la reconnaissance des démarches administratives d’immigration et du diplôme.”

Le processus d’accréditation des diplômes étrangers en soins infirmiers est si rigoureux que de nombreuses infirmières formées à l’étranger résident déjà au Québec l’an dernier. Je ne peux toujours pas m’en empêcher Avec peu de travail sur l’épidémie, malgré les efforts pour surveiller rapidement une partie de ce processus.

Cela comprend les infirmières qui ont émigré dans la province dans des filières qui travaillent exclusivement pour les infirmières.

Chaque région de soins de santé est responsable des nombreux aspects qui maintiennent ces personnes potentielles intégrées à leur personnel, a écrit Lauroch mardi, avertissant que c’est une autre raison de ne pas surestimer à quel point le recrutement mondial peut aider.

L’évaluation de faisabilité “devrait également prendre en compte la capacité des entreprises et des régions qui accueillent ces travailleurs internationaux, car leur intégration nécessite des conditions essentielles pour promouvoir la durabilité”, a-t-il écrit.

L’un des problèmes de reconnaissance des diplômes d’infirmières étrangers dans le passé a été un obstacle dans les programmes collégiaux d’enseignement du français aux infirmières étrangères.

Le processus de recrutement actuellement prévu peut aider, car il se concentre sur les pays francophones, à l’exception du Brésil.

La province comprend les « pays du Maghreb », à savoir l’Afrique du Nord francophone : Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie.

READ  Un rapport sur la réponse virale de la France critique les soins gériatriques

-Avec les fichiers de Max Harold de CTV