janvier 29, 2022

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La ligne de pêche Royaume-Uni-France passe sans accord de date limite | Industrie de la pêche

La date limite de l’UE pour que le Royaume-Uni délivre des licences à des dizaines de bateaux français sur la ligne de pêche post-Brexit est passée sans préavis.

Il a été suggéré vendredi que les discussions sur les licences de pêche pour les petits bateaux français dans les eaux britanniques pourraient conduire à des progrès, mais aucune annonce n’était attendue du gouvernement britannique à l’approche de la date limite de minuit, ont indiqué des sources.

La France a menacé de pousser Union européenne Pour une action en justice et des restrictions commerciales contre le Royaume-Uni s’il n’y a pas de « signe de bonté » sur la ligne de pêche avant une date limite de vendredi fixée par Bruxelles.

La Commission européenne a déclaré qu’elle s’attend à ce que le différend soit résolu d’ici minuit.

Le nombre de permis de pêcher dans les eaux autour des côtes britanniques pour les petits navires français qui pourraient s’avérer y avoir opéré avant le Brexit a été une source majeure de débat.

La France affirme que ses 104 navires ne sont pas encore autorisés à opérer au large des côtes britanniques et anglo-normandes en vertu de l’accord Brexit signé par le Royaume-Uni avec l’Union européenne en décembre de l’année dernière.

Le Royaume-Uni a précédemment refusé de discriminer les bateaux français et a déclaré que de nombreux navires ne pouvaient pas fournir les documents nécessaires pour obtenir la licence.

« C’est un processus technique basé sur des preuves plutôt que sur une date limite », a déclaré un porte-parole du gouvernement britannique.

Mais Clément Péon, ministre français des Affaires européennes, a suggéré que le Royaume-Uni « pourrait en offrir quelques dizaines de plus ». [licences] En signe de bonne volonté », a-t-il déclaré, ajoutant que les pourparlers pourraient se poursuivre et que la Commission européenne s’attend à un tournant plus tard vendredi.

« S’ils s’en tiennent à leurs armes, nous demanderons à la Commission européenne de porter plainte », a déclaré Peon à Branchinfo Radio vendredi.

« Une procédure judiciaire implique non seulement des documents et des tribunaux, mais aussi des actions, par exemple des mesures douanières. L’Europe peut dire collectivement aux Britanniques dans certains domaines : ‘Certains de vos produits ne sont pas approuvés parce que vous ne respectez pas l’accord.' »

Le secrétaire britannique à l’Environnement, George Eustace, s’est entretenu vendredi avec le commissaire européen à l’Environnement, Virginius Cincinnatius.

« Les discussions techniques intenses ont été constructives ces derniers jours, même si elles ne sont pas encore terminées », a déclaré un porte-parole britannique.

« Notre position est que les navires doivent fournir des preuves suffisantes de l’activité de pêche historique pour obtenir une licence. »

Bruxelles a déclaré que le différend devrait être résolu d’ici le 10 décembre, mais Downing Street n’a pas reconnu le point limite jeudi.

« Nous ne fixons jamais de date limite. Je les reconnais [the EU] Ils en ont mis un en place, mais nous ne sommes pas du genre à agir », a déclaré jeudi un porte-parole du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Peon a déclaré que l’opinion du gouvernement britannique était « surprenante » et que ce n’était « pas vraiment un signe d’espoir ».

La France et le Royaume-Uni se sont affrontés à plusieurs reprises cette année au sujet de la pêche et de la migration transfrontalière, des accords commerciaux post-Brexit et de la vente de sous-marins à l’Australie.

« Le problème avec le gouvernement britannique, c’est qu’il ne fait pas ce qu’il dit. » a déclaré le président français Emmanuel Macron Jeudi, Londres a accusé le Brexit de ne pas avoir tenu parole sur les licences.

Avec l’Association de Presse et les Agences France-Presse

READ  La chanteuse d'opéra française propose la livraison à domicile