mai 25, 2022

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Le Conseil constitutionnel français a approuvé le permis de vaccination de Macron

PARIS, 21 janvier (Reuters) – L’Assemblée constituante française a approuvé vendredi – sous conditions – le nouveau laissez-passer vaccinal COVID-19 du pays, qui oblige les personnes de 16 ans et plus à présenter une preuve de vaccination pour entrer dans les bars, restaurants et théâtres en public des endroits. .

Le nouveau laissez-passer fait partie de la volonté du président Emmanuel Macron de forcer les minorités non vaccinées à recevoir des vaccins COVID.

La décision du conseil ouvre la voie à l’entrée en vigueur du laissez-passer de vaccination le 24 janvier, remplaçant le laissez-passer de santé qui montre une preuve de vaccination, un test négatif récent ou une infection passée. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Le conseil a confirmé la volonté du gouvernement que les personnes de plus de 16 ans présentent un laissez-passer de vaccination et la disposition législative permettant aux gérants d’alcools et de restaurants de vérifier l’identité d’une personne avec un laissez-passer pour empêcher l’utilisation de faux ou de certification. Tierce personne.

Mais a aboli l’exigence d’un ancien permis de santé pour assister à des rassemblements politiques. Le conseil a déclaré que dans les trois mois suivant les élections, une telle règle affecterait la liberté du peuple de partager ses points de vue et ses opinions.

Le laissez-passer pour les vaccins a donné un nouvel élan aux manifestations de rue hebdomadaires contre les restrictions liées au COVID dans la vie publique.

Certains qui s’opposent au vaccin disent qu’ils ressentent la même chose Citoyens de deuxième classe Par Macron.

READ  Alcaras est le plus jeune Espagnol à disputer le troisième tour de Roland-Garros depuis 1992

La France a enregistré jeudi plus de 425 000 infections par le virus corona et les hôpitaux affirment que la plupart des patients COVID en soins intensifs ne sont pas vaccinés.

(Cette histoire corrige la nécessité pour le Conseil d’annuler le « Pass Santé », et non le « Pass Vaccin » pour les réunions politiques)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Reportage de Dominic Vidalan ; Montage par GV de Clerk, Richard Luff et Hugh Lawson

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.