août 2, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Les avocats de Gosin disent que le client est heureux après des jours d’interrogatoire en France

L’ancien patron de Nissan, Carlos Gossin, a répondu à des centaines de questions des enquêteurs français à Beyrouth la semaine dernière, et ses avocats se sont dits « ravis » d’avoir eu l’occasion de s’expliquer sur des allégations d’inconduite financière.

L’interrogatoire de quatre jours et demi a marqué la première chance du Goshen français de se défendre contre les accusations françaises – y compris le coût des fêtes extravagantes et des jets privés – un an après son arrestation en lien avec les attentats à la bombe de 2018 au Japon et s’enfuit au Liban.

Cependant, lorsque Goshen a été interrogé en dehors du sol français, il n’était pas clair comment il pourrait remettre les charges initiales. Ses avocats ont déclaré qu’ils demanderaient désormais le droit d’entendre des témoins et des témoins experts au procès français.

L’ancien cadre de Nissan Carlos Gossen (AB / Hussein Malla)

Plus tôt, le magnat de l’automobile en fuite avait déclaré à l’Associated Press qu’il n’avait rien fait de mal et qu’il espérait que les enquêtes seraient finalement abandonnées. Il n’a pas parlé aux journalistes tout au long du procès de Beyrouth, qui a débuté lundi.

Il est rare que des juges français interrogent un suspect à l’étranger. Goshen, qui a été mis à l’abri par les autorités libanaises, a grandi au Liban et est un citoyen libanais. Le Liban ne le livrera pas. Il est né au Brésil.

Goswami a été interrogé sur le financement des soirées qu’il a organisées au château de Versailles à la tête de l’alliance automobile Renault-Nissan. Des enquêteurs français, en collaboration avec les autorités judiciaires libanaises, ont examiné pour 11 millions de yens d’événements organisés par des jets privés et une société à capitaux néerlandais et une subvention pour un concessionnaire automobile à Oman.

READ  Alcaras est le plus jeune Espagnol à disputer le troisième tour de Roland-Garros depuis 1992

“C’était l’occasion pour lui d’expliquer sa position”, a déclaré Jean-Yves Le Borgney, membre du Conseil de sécurité de Gosin. “C’est juste arrivé. Il est satisfait et heureux.”

“La question de la prochaine phase de ce processus n’est pas encore résolue”, a ajouté M. Le Borgne.

Jean-Yves Le Borgney à gauche s'adresse aux journalistes devant le palais de justice de Beyrouth, au Liban
Jean-Yves Le Borgney à gauche s’adresse aux journalistes devant le palais de justice de Beyrouth, au Liban (AP/Hassan Ammar)

Goshen n’a encore été inculpé de rien en France, mais pourrait faire face à des accusations préliminaires d’escroquerie, de corruption, de blanchiment d’argent, de détournement d’actifs de l’entreprise ou d’abus de confiance grave.

Son avocat, Carlos Abo Jout, basé à Beyrouth, a indiqué à Goshen s’il pouvait être inculpé par les Français, ajoutant que le Liban et les autorités françaises devraient déterminer quel serait le “statut” de Goshen.

Goshen fait campagne pour blanchir son nom contre un certain nombre de contestations judiciaires en France à la suite de l’enquête sur ses allégations là-bas par des allégations japonaises.

Il a été arrêté au Japon en novembre 2018 pour inconduite financière et a été détenu à l’isolement pendant plusieurs mois sans être autorisé à parler avec sa femme. Il s’enfuit au Liban un an plus tard.

Pendant ce temps, plusieurs complices sont en prison ou en procès au Japon et en Turquie dans le cadre d’affaires impliquant ses activités financières ou son évasion.