janvier 29, 2022

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

« La droite est de retour » : les Goliaths choisissent la candidate Valérie Begres pour se présenter contre Macron | La France

L’opposition de droite française a présenté une candidate à l’élection présidentielle de l’année prochaine pour la première fois de son histoire.

Valérie Pécresse l’a emporté après deux tours de scrutin des députés Les Républicains qui ont vu de manière inattendue des options dont « Monsieur Brexit ». Michel Barnier Retiré du premier sondage la semaine dernière.

Pécresse est désormais confronté à une rude bataille pour s’imposer dans la campagne présidentielle, à quatre mois du scrutin, le 10 avril. Parmi ses rivaux figurera la maire de Paris Anne Hidalgo, qui traîne le candidat du Parti socialiste aux élections et continue de se heurter à lui sur les résultats de la mairie de Pegres.

Les partisans ont scandé « Valerie, Valerie » alors que les résultats du vote de 150 000 membres du parti ont été annoncés samedi après-midi. Il a battu son féroce rival de droite, Eric Sioti, 61 % à 39 %. Tous deux ne veulent pas venir au premier tour.

Pécresse, 54 ans, est actuellement président du Conseil régional d’Île-de-France, dont fait partie Paris. Pendant la présidence de Nicolas Sarkozy en 2007-12, il a été ministre du Budget et ministre de l’Enseignement supérieur.

« Pour la première fois de son histoire, notre parti a une candidate à l’élection présidentielle », a-t-elle déclaré. « Il y a une différence de nature entre le président sortant et moi. Emmanuel Macron a une passion, s’il vous plaît. Moi, je n’ai qu’un choix, je dois le faire.

Elle a ajouté : « Rien n’est détruit. Nous ne sommes pas condamnés pour désordre ou chute. Notre pays est plein de talent, plein d’énergie.

READ  Believe réalise une performance marquante et devient l'acteur n°2 du marché des artistes français.

« L’aile droite du Parti républicain est de retour (…) nous rendrons à notre pays son unité, sa dignité et sa gloire. »

Lors de la campagne primaire du parti, les principaux candidats des Républicains sont passés du centre-droit traditionnel du parti à l’extrême droite. Sioti a annoncé qu’il organiserait un référendum pour arrêter la colonisation massive et mettre en place une « French Guantanamo Bay » pour lutter contre le terrorisme.

Se décrivant comme « les deux tiers d’Angela Merkel et un tiers de Margaret Thatcher », Beckress a fait valoir qu’il était un candidat ayant de l’expérience et de l’importance face à Macron. En tant que ministre de l’Éducation, il a longtemps été confronté à des manifestations de rue et à des sit-in universitaires pour que des réformes soient apportées dans l’enseignement supérieur. Un ancien ministre du budget jusqu’alors pro-européen et modéré ; Il a promis de se concentrer sur la promotion de l’économie et du consensus s’il se rendait à l’Élysée.

Cependant, une campagne électorale s’est avérée sans fin jusqu’à présent Autour du trio de l’immigration, de l’intégration et de l’islam Begress a également rendu son chemin plus difficile en promettant des lois pour « améliorer la sécurité intérieure et combattre l’extrémisme islamique ».

Reste à savoir s’il ira plus à droite, mais samedi Beckress a appelé les électeurs dans son discours de victoire à être « provoqués par Marine Le Pen ou Eric Gemmer » – deux rivaux d’extrême droite qui ont jusqu’à présent dominé la campagne . .

Jusqu’à présent, les candidats d’extrême droite pourraient subir des pressions de la part de Pécresse pour qu’ils adoptent un cap dur dans la campagne dominante. Crédit photo : Anne-Christine Poujoulat / AFP

« Vous n’avez pas besoin d’être extrémiste pour être dans le combat, vous n’avez pas besoin d’être humiliant pour être convaincu », a-t-il déclaré. « Vous savez que les commerçants de la peur ne sont jamais incompétents lorsqu’il s’agit d’agir. Personne dans notre histoire qui nous a divisés ne nous a sauvés. »

Né dans la banlieue aisée de Paris à Neuilly-sur-Seine, Begres est diplômé de l’ancienne École nationale d’administration (ENA). Bonne école Et la Hot House de l’élite politique du pays, classée deuxième de sa catégorie. Avant cela, elle était une excellente élève licence Il a appris le russe à l’âge de 16 ans, il y a deux ans, et à l’âge de 15 ans, en passant du temps dans les camps de jeunes communistes en Union soviétique.

« J’ai suivi des cours de propagande et j’ai chanté internationalement en russe », se souvient-il plus tard. « À partir de ces voyages, j’ai développé une fascination pour la liberté de pensée, l’idée que la droite est plus inconsistante que la gauche. Et la langue. »

L’élection présidentielle française de 2022 se déroulera en deux tours, le premier le 10 avril et le second deux semaines plus tard. La liste définitive des candidats ne sera connue qu’en mars et tous les candidats devront soumettre une liste de 500 signatures des maires ou autres élus du pays. Jusqu’à présent, une vingtaine de personnes ont officiellement annoncé leur candidature, dont 8 de gauche.

Les sondages avant l’élection des Républicains par Pécresse prédisent que Macron sera réélu l’année prochaine, mais il est fort probable que le second tour entre le président et Le Pen sera encore doublé en 2017.

Avant la victoire de Beckress, Xavier Bertrand – ancien ministre et aujourd’hui chef de la région Nord des Houtes-de-France, dont Galேs – avait les meilleures chances de vaincre Macron, mais la plupart des sondages le placent à la quatrième place. Premier tour, derrière Le Pen et Gemmer.

Pendant ce temps, la gauche est divisée et en difficulté. D’après BFM TV Elisémètre, Une combinaison de sondages d’opinion clés, montre que Hidalgo est à la traîne du candidat du Parti éco-vert Yannick Jodot et de l’extrême gauche Jean-Luc Mலlenchon.

Jemmoor Il tiendra son premier meeting électoral dimanche soir, avec une participation attendue de 19.000. Vendredi, il a publié son slogan : « Impossible n’est pas français » (Impossible n’est pas un mot français). Une cinquantaine de syndicats, d’organisations politiques et de syndicats antifascistes se sont joints au rassemblement appelant à une manifestation à Paris et craignant des affrontements avec la police.