mai 25, 2022

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La France doit discuter de la présence totale en Russie avec son PDG

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il prévoyait de discuter de la présence de TotalEnergies SE en Russie avec le directeur général de la major pétrolière, ajoutant qu’il réalisait désormais qu' »il y a un problème politique à travailler avec toute personnalité politique ou économique proche des dirigeants russes ».

Lundi, Shell PLC a annoncé qu’elle se retirait de sa joint-venture avec l’énergéticien russe Gazprom PJSC. Les commentaires de Le Myr sont venus. Un jour plus tôt, son rival BP PLC avait annoncé qu’il céderait sa participation de près de 20% dans le producteur de pétrole public russe Rosneft.

« Je vais en discuter avec le PDG de Total, Patrick Pouyanné », a-t-il déclaré. Le Maire a déclaré que le patron de TotalEnergies était « bien conscient de la gravité de la situation ».

« J’espère que nous pourrons prendre des décisions ensemble dans les prochains jours », a-t-il déclaré. dit Le Myre.

Les sanctions occidentales ont jusqu’à présent évité les exportations de pétrole et de gaz, et les dirigeants américains et européens s’inquiètent d’une participation électorale si la guerre entraîne une hausse des prix du gaz et des coûts de chauffage. Le président français Emmanuel Macron risque d’être réélu en avril.

Mardi, TotalEnergies a déclaré qu’il soutenait l’intention et la force des sanctions imposées par l’Europe et qu’il les appliquerait quelles que soient les conséquences pour son commerce en Russie. Il a également déclaré que la société ne fournirait plus de capital pour de nouveaux projets en Russie.

« TotalEnergies condamne l’occupation militaire de l’Ukraine par la Russie, qui a des effets dévastateurs sur la population et menace l’Europe », a déclaré l’agence.

READ  Un sondage montre une hostilité anglo-française croissante au milieu de la controverse post-Brexit | Brexit

TotalEnergies est l’une des sociétés énergétiques européennes les plus exposées à la Russie, avec des participations importantes dans les opérations de gaz naturel liquéfié, dont le fabricant russe Novotech.

Monsieur. Lors d’une conférence à Paris la semaine dernière, Pouyanné a déclaré que les perturbations dues au conflit russo-ukrainien pourraient affecter 3 à 5% du chiffre d’affaires de TotalEnergies.