octobre 20, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La Grèce et la France devraient annoncer un accord majeur sur les navires de guerre

Athènes, Grèce (AP) – Les dirigeants grecs et français devraient annoncer mardi à Paris un accord majeur de plusieurs milliards d’euros, la Grèce acquérant au moins six navires de guerre de construction française, a rapporté la chaîne publique grecque ERD TV.

ERT a déclaré lundi que la Grèce prévoyait d’acheter trois navires de guerre français FTI – avec la possibilité d’acheter un quatrième puis trois autres Corvette.

La Grèce a déjà acheté 18 avions de combat français Rafale et prévoit d’en acheter six autres dans le cadre de son plan de modernisation de ses forces armées au milieu des tensions avec la Turquie voisine.

Dans une interview avec l’ERT, le Premier ministre Griagos Mitsodakis, qui s’est rendu lundi à Paris pour des entretiens avec le président français Emmanuel Macron, a déclaré : “Nous approfondissons considérablement la coopération stratégique entre la Grèce et la France”.

Il a refusé de commenter l’accord de navire de guerre signalé – qui, selon les médias grecs, vaut environ 5 milliards d’euros (5,8 milliards de dollars) – et a seulement déclaré que des annonces seraient faites mardi.

“Je n’ai pas l’intention d’entrer dans une course aux armements avec la Turquie”, a ajouté Mitsodakis. “Mais après une décennie de crise (économique), il y a des problèmes majeurs dans la modernisation de notre armée.”

Les tensions sont montées ces dernières années avec la Turquie, rival régional historique, sur son droit d’explorer du gaz en Méditerranée orientale et entre les deux pays. La Grèce avait annoncé son intention de moderniser sa flotte en discutant de l’achat de navires de guerre avec des pays comme la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

READ  King vs Queen: défendre les champions de France

Les médias grecs ont rapporté que l’accord entre Mitsodakis et Macron serait annoncé mardi à l’Elysée à Paris suite à l’offre française renforcée. La France a perdu un accord de 66 milliards de dollars ce mois-ci pour vendre des sous-marins diesel à l’Australie et a saisi l’opportunité, choisissant d’acheter à la place des sous-marins nucléaires fournis par les États-Unis.