octobre 20, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La réouverture en France se poursuit alors que le risque de récurrence du virus corona continue d’augmenter

Le gouvernement français va de l’avant avec son calendrier de réouverture des restrictions de verrouillage du virus corona d’ici la fin juin. Elle n’est motivée que par les inquiétudes concernant la reprise des activités économiques et touristiques, l’indifférence à la circulation importante du virus et l’émergence de variantes mortelles comme la variante delta identifiée pour la première fois en Inde. La situation actuelle n’est pas comme la fin du deuxième lock-out fin 2020. L’assouplissement des mesures de précaution a permis à la variance britannique de se propager largement au début de 2021.

Mercredi soir, l’ordre du couvre-feu quotidien a été prolongé jusqu’à 23h00 pendant deux heures, et les restaurants et les bars ont rouvert leurs terrasses à 100%, avec des sièges à l’intérieur fixés à 50%. De plus en plus de personnes peuvent séjourner dans les musées, les cinémas et les théâtres. Les activités sportives ont repris en intérieur et en extérieur, avec quelques restrictions ; Les spectateurs sont invités à revenir dans les stades. Un pass corona virus sera utilisé pour les événements de plus de 1 000 personnes, ce qui facilitera également l’entrée des touristes.

La ministre du Travail Elizabeth Bourne a déclaré Parisien « Les restrictions sur le travail à 100 % à domicile prendront fin. » Dans le secteur privé, les employeurs soutenus par les syndicats peuvent désormais plus ou moins faire ce qu’ils veulent : « Nous donnons un coup de main aux employeurs et aux employés pour qu’ils déterminent les jours de la semaine appropriés. Seulement 100 pour cent du site « enfreint le protocole ». Dans la fonction publique, “le nombre de jours d’absence sera réduit de trois”.

Vendredi 21 mai 2021, à Nèvres, dans le centre de la France, le président français Emmanuel Macron partage un verre avec des commerçants lors d’un déplacement pour marquer la réouverture des activités culturelles après avoir été fermé pendant l’épidémie de Covit-19. (AP Photo / Thibault Camus, Piscine)

Étant donné que le virus a été délibérément autorisé à se propager dans les écoles en 2020 et 2021, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanker, a été contraint d’annoncer des mesures limitées pour ralentir la propagation du virus lors de la réouverture des écoles après les vacances. Les classes doivent être fermées lorsqu’un seul cas est détecté et les écoles seront fermées lorsque plusieurs classes sont trouvées. Les derniers chiffres de surveillance montrent que 5 000 salles de classe ont été fermées, affectant environ 1 000 enseignants et plus de 11 000 élèves au cours des sept derniers jours. Il n’y a pas eu de tendance à la baisse significative ces dernières semaines, comme il y a eu d’autres populations.

READ  Le Japon, les États-Unis et la France mènent les 1ers exercices conjoints sur le sol japonais

Pour le grand public, le nombre de cas quotidiens est tombé à moins de 7 000 le 6 juin. La catastrophe provoquée par l’épidémie pour les vies humaines s’explique par le fait que le nombre moyen de morts par jour en juin était inférieur à 100. 3. C’est la première fois depuis le 18 octobre 2020 que moins de 100 personnes meurent en moyenne par jour. Le 7 juin, la France a franchi le cap des 110 000 morts.

Les deuxième et troisième pics des vagues virales peuvent être identifiés en examinant la croissance de la circulation virale depuis le début de l’année. Mais en ce qui concerne les décès quotidiens, la politique de Macron consistant à ignorer les avis scientifiques, à laisser le virus se propager, à imposer des verrous trop tard et seulement partiellement, et à mettre fin aux verrous trop rapidement est la seule vague de décès qui a commencé en septembre 2020 et se poursuit jusqu’à présent. journée.

Journal médical précieux P.M.J. (Avant que Journal médical britannique ) A écrit à deux reprises en février et juin, que la réponse du gouvernement britannique à l’épidémie pouvait être qualifiée de « meurtre social ». Un tel caractère n’est pas inférieur à la politique du gouvernement français.