mai 18, 2022

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La société technologique japonaise acquiert un PDG français

Michel Combes, diplômé de l’Ecole Polytechnique française d’élite, a trois décennies d’expérience dans l’industrie des télécommunications.


Lorsque le directeur de l’exploitation de Softbank, Marcelo Claure, a annoncé son départ de la société technologique japonaise, il a fait la une des journaux du monde entier. Moins remarquée a été la nomination simultanée de Michael Gombs, un homme d’affaires français de 59 ans, au poste de PDG de Softbank Group International (SBGI).


Gombs, expert en télécommunications, se rapproche de l’entourage du président Masayoshi Son. Combs est président de la filiale SBGI depuis avril 2020. Il supervise désormais le portefeuille d’investissements internationaux de la holding. « Je suis très confiant que Michael Combs et la talentueuse équipe de Softbank poursuivront l’excellent travail que nous entreprenons », a déclaré le fils.


Le nouveau PDG énergique, amateur de voitures de sport, connaît son patron japonais depuis des années. C’est le fils qui a embauché Combs pour la première fois. Lorsque le dirigeant français a rejoint Sprint, une filiale de Softbank en 2018, il a déménagé à son siège social au Kansas – où le fils vivait autrefois dans la maison dans laquelle il vivait.


Diplômé de l’élite française Ecole Polytechnique, Combs a trois décennies d’expérience dans l’industrie des télécommunications. Avant Sprint, il a occupé plusieurs PDG en Europe pour la multinationale des télécommunications Altice, la société d’équipements Alcatel-Lucent, Télé Diffusion de France et Vodafone. Au début de sa carrière, il a été conseiller technique du ministre français des Transports.


La vie supérieure de l’industrie a ses hauts et ses bas. En 2015, lorsqu’il s’est arrangé pour vendre Alcatel-Lucent à son rival finlandais Nokia, sa prime de 14 millions d’euros (15,9 millions de dollars) a « choqué » le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et a divisé par deux la prime. Cela ne l’a pas dissuadé de fusionner : il faisait partie de l’accord Sprint / T-Mobile annoncé en 2020 et célébrait une partie du portefeuille de la nouvelle société de médias en langue espagnole Televisa-Univision et Softbank.


De nos jours, les camps de Globtrotting siègent sur divers conseils d’administration dans l’orbite de l’ensemble japonais : WeWork, Sofi Technologies, One Web. Il supervise également les investissements de Softbank dans des startups françaises telles que Jellismac, ContentSquare et Sorer.

READ  Il y a de nettes différences entre la France et les États-Unis, selon le ministre français