décembre 6, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

La Tunisie a révoqué le passeport de l’ancêtre à la demande des Français

Le président tunisien Guiz Saeed a qualifié jeudi l’un de ses ancêtres Manchef Marzouki d’ennemi du pays et a retiré son passeport diplomatique à la suite d’appels lancés à la France pour qu’elle suspende son soutien à la Tunisie sous sa direction.

Choite doit annoncer une feuille de route claire pour un retour à la politique constitutionnelle, notamment de la part des puissances occidentales, sous une forte pression internationale Saisit un large éventail de pouvoirs En juillet. Il Présentation du nouveau gouvernement Lundi, mais n’a donné aucune indication qu’il était prêt à abandonner le contrôle.

« Certains sont allés à l’étranger pour saper les intérêts de la Tunisie », a déclaré Saeed, faisant référence à Marzouki, qui a été président de 2011 à 2014, selon l’Associated Press (AP). Il a exhorté les décideurs français à ne pas « reconnaître un système dictatorial » et a appelé les autorités françaises à « ne pas soutenir un régime dictatorial en Tunisie ».

Saeed a demandé jeudi au ministre de la Justice de mener une enquête sur les allégations selon lesquelles Marzouki aurait conspiré contre la sécurité de l’État.

« Je vais retirer son passeport diplomatique parce qu’il est l’un des ennemis de la Tunisie », a déclaré Saeed, faisant référence à Marzouki. Selon Reuters, il a rejeté l’implication occidentale, affirmant que c’était l’affaire des Tunisiens, « nous ne permettrons à personne d’intervenir ».

Dans une déclaration présidentielle, il a fait part à l’ambassadeur américain Donald Blomie du « mécontentement » de la Tunisie qu’il discuterait de la Tunisie dans le cadre d’une enquête sur « l’étude de la situation démocratique et les prochaines étapes de la politique américaine ».

READ  Le président algérien exige le "plein respect" de la France

Les États-Unis sont importants pour la Tunisie depuis la révolution de 2011 en fournissant une assistance en matière de sécurité et en travaillant avec d’autres grands donateurs pour soutenir le financement public. Il a exhorté Chaite, ainsi que d’autres membres du Groupe des économies avancées du G-7, dont la France, à revenir à un ordre constitutionnel dans lequel un parlement élu joue un rôle important.

Des milliers de personnes ont manifesté à Tunis la semaine dernière contre la prise de presque tout le pouvoir par Saeed, faisant craindre de nouveaux troubles. Son intervention a fait suite à des années de stagnation économique et de stagnation politique, mais elle a mis en doute les acquis démocratiques réalisés par les Tunisiens lors de la révolution qui a déclenché le soulèvement du printemps arabe.