juillet 23, 2021

lalowe.ga

Restez au courant des derniers développements de la France sur le terrain

Le leader de l’extrême gauche française a marché contre l’extrême droite

PARIS (AP) – Un leader français d’extrême gauche a été confronté samedi à des “opinions d’extrême droite” au début d’un défilé parisien, giflé par le président français alors qu’il saluait une foule.

En France, les syndicats, les syndicats et les partis politiques de gauche ont appelé à des manifestations dans toute la France, et il est largement prévu que la candidate d’extrême droite, Marine Le Pen, se qualifie pour la finale une semaine avant les élections locales et avant les élections de l’année prochaine. élection présidentielle.

Jean-Luc Mன்சlenchon, un législateur qui est le chef du parti d’extrême gauche France Anbot, a été attaqué avec un sac lors d’un événement à Paris. M மெlenchon a été au centre d’une récente polémique pour ses déclarations contre le rassemblement national de Le Pen.

Jordan Bardella, n°2 du Rassemblement national, s’est empressé de condamner “toute agression physique sur des élus”. Il a noté la tension croissante dans le paysage politique.

S’adressant au lanceur de farine, PFMTV a déclaré que le jeune homme était généralement “anti-politique” et non un partisan d’extrême droite.

Un homme de 28 ans a été condamné par un tribunal français à quatre mois de prison pour avoir giflé le président Emmanuel Macron il y a deux jours.

Vendredi 12 juin, un candidat du Front national Enzo Alias ​​et un autre militant ont été violemment agressés alors qu’ils collaient des affiches dans la ville méridionale d’Arles. Une vidéo postée par Alias ​​montre un homme en train de lancer un liquide, apparemment de l’huile, avec un bâton derrière lui. L’activiste s’est cassé la jambe, a déclaré un alias.

READ  Le Japon, les États-Unis et la France mènent les 1ers exercices conjoints sur le sol japonais

La gauche a perdu sa voix politique au milieu des divisions depuis que Macron a remporté la présidence en 2017 contre l’actuel socialiste François Hollande. Les dirigeants politiques n’ont pas défilé en groupes unis samedi.